ACCUEIL Accueil portneuf.com MRC de Portneuf Développement économique Tourisme Portneuf Vivre Portneuf

 

 

MRC de Portneuf

Territoire

Donnacona 

Retour à la liste des municipalités

 

Superficie : 20,15 km²
Population : 7 088 (2016)
Gentilé : Donnaconien, ienne

Journal :  Les Propos de la Tour
 
Coordonnées
138, avenue Pleau
Donnacona (Québec)
G3M 1A1
Téléphone : 418 285-0110
Télécopieur : 418 285-0020
Courriel : info@villededonnacona.com  
Internet : www.villededonnacona.com 
Rôle d'évaluation foncière

 


Située au confluent de la rivière Jacques-Cartier et du fleuve Saint-Laurent, la ville de Donnacona est l'une des plus jeunes municipalités de la MRC de Portneuf. Localisée en plein coeur de l'activité portneuvoise, la ville constitue un centre de service important. Sa dénomination rappelle le nom du chef amérindien de Stadaconé (Québec), Donnacona, que Cartier ramena en France en 1535 lors de son second voyage et dont le nom a pour signification 'chef de la paix'. Elle est issue du détachement, en 1915, d'une partie du territoire de la paroisse de Saint-Jean-Baptiste-des-Écureuils, fondée en 1742 et qui devint en 1949 la municipalité des Écureuils. En 1967, les municipalités de Donnacona et des Écureuils se fusionnaient pour former la ville actuelle.
 
Donnacona est une ville offrant un cadre de vie qui se distingue par la proximité, la diversité et la qualité de ses services.
 
Le citoyen, centre des préoccupations, y bénéficie:

  • de services municipaux efficaces et à prix compétitifs;
  •  d'un milieu favorable à l'épanouissement de sa famille;
  •  d'un milieu intéressé au développement et à la protection de ses investissements;
  •  d'un intérêt marqué pour les actions concertées, le partenariat et la responsabilisation
  •  d'une préoccupation soutenue pour la sécurité.

 Située au confluent de la rivière Jacques-Cartier et du fleuve Saint-Laurent, la ville de Donnacona est l'une des plus jeunes municipalités de la MRC de Portneuf. Localisée en plein coeur de l'activité portneuvoise, la ville constitue un centre de service important. Sa dénomination rappelle le nom du chef amérindien de Stadaconé (Québec), Donnacona, que Cartier ramena en France en 1535 lors de son second voyage et dont le nom a pour signification 'chef de la paix'. Elle est issue du détachement, en 1915, d'une partie du territoire de la paroisse de Saint-Jean-Baptiste-des-Écureuils, fondée en 1742 et qui devint en 1949 la municipalité des Écureuils. En 1967, les municipalités de Donnacona et des Écureuils se fusionnaient pour former la ville actuelle. 

Donnacona se situe sur le territoire anciennement occupé par la seigneurie Bélair (de la Pointe-aux-Écureuils), concédée à Jean-Baptiste Toupin dit Dussault et à son fils Jean-Baptiste; ces prénoms inspireront la dénomination de la paroisse de Saint-Jean-Baptiste-des-Écureuils en 1742. Le noyau ancien des Écureuils rappelle l'établissement des premiers Écureuillois établis sur cette pointe de terre couverte de chênes et de noyers, où l'on retrouvait de nombreux écureuils. Le développement rapide de la ville a été provoqué par la présence de la 'Donnacona Pulp and Paper Compagny' qui construisit un moulin à papier à l'embouchure de la rivière Jacques-Cartier en 1912. Le quartier des Anglais témoigne du statut social des cadres anglophones qui y résidaient.

 Le passage par bac a longtemps été le moyen utilisé pour assurer la liaison entre Donnacona et sa voisine Cap-Santé. Vers 1730, une passerelle flottante avait été installée sur la rivière Jacques-Cartier pour permettre sa traversée. Il fallut attendre en 1823 pour qu'un pont soit enfin construit afin que la population puisse traverser sans détour par Pont-Rouge. Celui-ci fut cédé, en 1916, à la 'Donnacona Pulp and paper Compagny', usine à laquelle on doit le développement rapide de cette jeune ville. 


La présence de la rivière Jacques-Cartier n'est pas sans rappeler le commerce des pelleteries et les trappeurs qui l'empruntaient au début du régime français pour accéder aux territoires giboyeux situés plus au nord. Devenue célèbre pour la quantité de poissons qu'elle offrait, la rivière Jacques-Cartier, que Champlain nommait déjà 'Rivière des Effurgeôs & Saulmons' sur sa carte de 1632, est décrite comme 'la plus belle rivière à saumons au monde' par Frédéric Tolfrey, un jeune officier de l'armée britannique qui a accompagné le major Browne lors d'un voyage de pêche en 1816. Elle constitue aujord'hui l'une des dix-neuf rivières qui forment les 4114 kilomètres du Réseau des rivières du patrimoine canadien.
 

 

Retour à la liste des municipalités

MRC de Portneuf 2017 © Tous droits réservés / Propulsé par creaWEB4 - Création site Internet - iClic.com